Projet de programme d’initiation des jeunes Africains au Panafricanisme véritable (Formation des Cadres).

Nous allons ouvrir une série de cours d’initiation au Panafricanisme Véritable, destinés à   toute   la   jeunesse  africaine,   cours   qui   occuperont   une   rubrique permanente des publications qui voudront les relayer pendant environ deux ans et seront dispensés par les experts proposés par les partis politiques et les groupes dits panafricanistes justifiant de leur compétence et des universitaires indépendants. Sous l’autorité du modeste doyen que je suis et d’une commission ad hoc, un colloque des conférenciers se tiendra en temps opportun pour convenir des questions de méthodologie et s’assurer de la bonne couverture dudit programme. La liste des sujets sera ouverte aux suggestions des uns et des autres ; un conférencier pouvant en traiter plusieurs, s’il en a la maîtrise, naturellement. Avec votre permission, comme ancien collaborateur du Dr Kwamé Nkrumah, ayant connu et travaillé avec plusieurs leaders majeurs des Mouvements de libération Africains, j’avance le programme de base suivant :

1-Introduction aux Travaux du savant sénégalais Cheik Anta Diop ;

2-Les grands Empires de l’Histoire du Continent Africain ;

3-La traite négrière : causes profondes et ampleur des ravages ;

4-La colonisation après la conférence de Berlin du partage de l’Afrique ;

5-La lutte pour l’Indépendance :

a) Dans les territoires occupés par la France ;

b) Dans les territoires occupés par la Grande Bretagne ;

c) Dans les territoires occupés par le Portugal et l’Espagne. Les Héros Nationaux : Ethiopie (Hailé Sélassié), Egypte (Gamal Abdel Nasser), Libye (Muhamar Kadhafi), Tunisie (Habib Bourguiba), Algérie (Ahmed Ben Bella), Maroc (Mohamed V et Mehdi Ben Barka, que nous connûmes lors des préparatifs du lancement de la Tricontinentale), Guinée (Sékou Touré), Mali (Modibo Keita), Ghana (Kwame Nkrumah, Héros panafricain), Togo (Sylvanus Olympio), Nigeria (Gogo Chu Nzeribe, syndicaliste assassiné), Niger (Ardali Daouda, jeune leader du parti Sawaba, assassiné), Burkina Faso (Thomas Sankara), Cameroun (Ruben Um Nyobe, Félix Moumié, Ernest Ouandié), Centrafrique (Barthélémy Boganda et son fils Yangongo, assassiné), Kenya (Jomo Kenyatta), Congo Brazzaville (Marien Ngouabi), Congo Kinshasa (Patrice Lumumba, Héros Panafricain), Angola (Agostinho Neto, Hoji Ya Henda), Tanzanie (Julius Nyerere), Mozambique (Eduardo Mondlane et Samora Machel), Zimbabwe (Robert Mugabe), Namibie (Sam Nujoma), Afrique du Sud (Nelson Mandela, Héros Panafricain).

6-Pour le Panafricanisme Véritable, même s’ils ont joué un rôle positif à un moment donné, certains leaders nationaux ne doivent pas être considérés comme des leaders panafricains. – Hailé Sélassié s’est opposé au fascisme mussolinien, mais est resté un féodal conservateur, légitimement   chassé   du   pouvoir   par   le   peuple éthiopien. – Nasser, héros de la nationalisation du canal de Suez, s’est plutôt investi dans l’arabisme et le leadership du monde arabe. – Kadhafi n’a pas eu de cohérence, comptant surtout sur ses pétrodollars et trafiquant sans cesse avec les Occidentaux qui l’ont finalement abandonné. – Sékou Touré, l’homme du « Non à De Gaulle », a lâché Nkrumah à la veille de la création de l’OUA et sombré dans la dictature. – Sankara n’a pas eu le temps d’avoir une pensée politique structurée.

La présentation de ces dirigeants en leaders panafricains cache souvent des manipulations dangereuses pour notre jeunesse.

7-Le « Rastafarisme »   par exemple, apparaît   aux   vrais   panafricanistes comme une arnaque idéologique qui détourne les jeunes Africains de la lutte pour la libération et l’émancipation de leurs peuples en les plongeant dans la drogue et la déchéance.

8-Le vrai Panafricanisme attire l’attention de notre jeunesse sur le fait qu’en Afrique du Nord les Noirs sont appelés « les Africains », ce qui entretient dans les populations locales l’idée qu’elles ne sont pas « africaines » mais arabes : les leaders et les cadres se tournent vers l’arabité et l’arabisme. Les séquelles de l’esclavagisme dans   ces pays   doivent   faire   l’objet d’enquêtes sérieuses et la complicité des régimes de l’UA dénoncée…

9-Pour les Panafricanistes Véritables, il   y   a   quatre grands leaders Panafricains :   Kwamé   Nkrumah (du   Ghana), Patrice Lumumba (du Congo-Kinshasa), Nelson   Mandela (de   l’Afrique   du   Sud), et… Fidel Castro (de Cuba).

Pourquoi le Cubain ? Parce que ce sont les « Internationalistes » Cubains, Blancs et Noirs, qui ont arrêté net l’invasion des troupes racistes en 1975 au Sud de l’Angola. Le sang des Héros Cubains de Quito Canavale, a irrévocablement inscrit Cuba dans la Révolution Africaine, qu’on   le veuille ou non.

10 – Comme pouvaient encore en témoigner naguère des Anciens comme Lucio Lara, de nombreux Africains d’autres pays se sont battus aux côtés du MPLA. Depuis des décennies, le dossier de pension revendiquée par certains   est   resté   sans   suite :   ce n’est pas seulement le sacrifice des Cubains   qu’on   a   cherché   à   gommer…   Que   faut-il   donc   penser   du processus révolutionnaire angolais aujourd’hui ?

11- Les  révélations  récentes   de l’«Angola   Gate»   ne   donnent-elles   pas matière à réflexion à la jeunesse africaine ?         Deux milliards de dollars, c’est beaucoup d’argent. La femme la plus riche d’Afrique, experte en corruption, semble-t-il, n’étouffera-t-elle pas la justice ? N’assurera-t-elle pas l’impunité totale pour son ex-président de  père qui ne saurait prétendre qu’il ignorait naturellement tout des activités criminelles de sa fille ? Si le dossier de pension des anciens combattants africains en Angola comme le Cdt Gama (votre serviteur) ne connaît pas de suite au niveau de Luanda,  la   saisine   de   la   justice   africaine   ou   du   TPI   n’est-elle   pas envisageable   en   l’occurrence ?   Les   juristes   sérieux   du   continent   sont interpellés.

12- Nous devons continuer à sensibiliser et à mobiliser la jeunesse africaine contre l’abomination du Franc CFA et étudier les voies et moyens d’en débarrasser l’Afrique.

13-  Les quêtes stériles d’une «voie africaine» du socialisme doivent être étudiées :   Kwame   Nkrumah   et   le   consciencisme,   Julius   Nyerere   et l’Umoja, et même Kadhafi et le «livre vert».

14-  D’aucuns pensent que le socialisme a connu une faillite totale avec l’effondrement du mur de Berlin et la disparition de l’Union Soviétique. Quel avenir pour l’Afrique dans ce Monde «unipolaire»?

15- Le Panafricanisme véritable  doit démontrer et convaincre notre jeunesse que les thèses majeures de Nkrumah sur le Gouvernement Continental d’union et de Cheik Anta Diop sur l’Etat Fédéral Panafricain sont restées incontournables,   et   que   «quand   l’Afrique   s’unira,   le   Monde   entier tremblera» (pour emprunter le titre de l’ouvrage d’Alain Pierrefite sur le réveil de la Chine). Que faire ?        A mon retour d’exil, certains me reprochaient de n’avoir pas embrassé le parti du Président Biya. Personne ne me fait plus ce reproche depuis que plusieurs compagnons de celui-ci croupissent en prison à Kondengui et au SED. La violence des interpellations exigeant que je cesse d’écrire mes «bêtises politiques» atteste de la peur du débat par mes compatriotes. J’ai décidé de continuer à «Témoigner» :

  1. La position des partisans de la relance du PSP/UPC est résumée par mon camarade Bulu, de mère Duala, Jean-Pierre Djemba dont nous enregistrons les suggestions ci-dessous :

« Un vrai opposant, c’est d’abord un patriote ; quelqu’un qui a un sens aigu des intérêts matériels et moraux du Cameroun, et qui est prêt à les défendre de manière désintéressée. C’est ensuite quelqu’un qui sait que si percevoir et dénoncer ces injustices sont nécessaires, cela n’est pas suffisant. En effet, à ces deux conditions, il faut ajouter celle d’opposer aux injustices une action déterminée, structurée et massive. Un vrai opposant, c’est enfin et surtout un patriote qui a une vision, une conscience claire des enjeux et qui atteste d’un réel savoir-faire politique et organisationnel. Luc, voilà le niveau où doit être la barre si nous voulons effectivement et qualitativement faire faire au Cameroun, dans une perspective historique, un bon en avant.

Jean-Pierre, dans notre opposition, tu vois quel compatriote qui rassemble ces critères ?

Luc, il y a quelques individualités qui répondent à ces critères ? Il y a par exemple Woungly-Massaga, mon maître à penser. Mais, au-delà, il y a également de nombreuses autres individualités qui ont le potentiel du profil. Le vrai problème c’est l’organisation et la jonction intelligente des deux pôles…

K, voilà des échanges qui ont lieu dans les réseaux sociaux. Contrairement à ce que prétendent certains,s tu  restes  encore  celui   qui   doit  indiquer   la direction. Je discute avec beaucoup de compatriotes qui ne te suivent probablement jamais parce qu’ils ont envie de « manger eux aussi avant de mourir », mais ils ne resteront jamais indifférents à ce que tu diras ou écriras. Je crois que le rôle historique du PSP/UPC est tribunitien. Comme toujours, je serai à tes côtés pour t’aider à t’en acquitter convenablement.

Si   le   PSP   est relancé, sans   savoir   à   combien   sera   fixé   le   taux   de contribution, moi je m’engage d’ores et déjà à verser mensuellement 50.000 francs Cfa.»

b) La position de Kissamba : Un compatriote nous a dit : « Quand Biya veut aider, il sort des millions par dizaines.»   Je   lui   ai   rappelé   que   je   ne   suis   pas de « la   majorité présidentielle » et que j’ai porté plainte contre Biya auprès de la Cour Suprême il y a deux ans à peine. Son assistance est par conséquent d’une hauteur morale que j’apprécie…

1. Je remercie donc tous ceux qui m’ont soutenu et qui me soutiennent dans l’épreuve de la maladie, notamment le Président de la République qui m’a accordé une aide de 2 millions de francs Cfa et une prise en charge qui hélas reste encore théorique malgré ses instructions.

2. Je remercie le Président du MANIDEM, mon camarade Ekanè Anicet, dont l’intervention auprès du Ministre Directeur du Cabinet Civil de la présidence de la République et auprès du Directeur de l’Hôpital de la CNPS   a   permis   d’éviter   le   pire.   J’exprime   toute   ma   gratitude   au Directeur de cet hôpital et à son adjoint pour la mobilisation efficace de tout le personnel.

3. En déplorant tout malentendu, je remercie Mlle Mengue, qui, elle seule, a sorti cinq cent mille francs Cfa pour l’achat des médicaments.

4. Je   remercie   Mme   Veuve   Victorine   Mabiama, une vraie   Ancienne d’Eglise, pour son hospitalité et son dévouement.

5. Enfin, je m’excuse auprès de tous ceux qui souhaitaient ma mort et qui enragent   de   me   voir   sans   séquelle   manifeste.   Le   mérite   revient exclusivement au Christ Jésus et à Allah « Le Miséricordieux ».

6. Je   publie   le   présent   programme   de   formation   des   cadres   du Panafricanisme   Véritable pour remercier ceux qui me font toujours confiance et les rassurer. J’invite   solennellement   tous   les   jeunes   qui   sont   intéressés   par   ce programme de formation des cadres à s’inscrire dès maintenant à la « Librairie des Peuples  Noirs» contre 20 dollars ou 10.000 Fcfa de participation aux frais par personne. Un service des inscriptions panafricaines sera ouvert pour aider chaque Comité National Panafricain dans chaque pays à se mettre en place, les frais d’inscription restant les mêmes partout.

L’avenir dira quel est le vrai visage de Paul Biya: celui qui nous assiste à Yaoundé en nous accordant une aide de 2 millions de Francs cfa et une prise en charge qui a du mal à se concrétiser, ou celui du complice des soudards   du   RDPC   de   Lolodorf   qui   nous   agressent   en   occupant illégalement   le   terrain   sacré   de   notre   concession   familiale   pour   y construire leur «Maison de la Femme»…                

« Ki dja kung » (Ne défiez pas le roseau sacré).

Sillon PANAFRICAIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

L’opposition camerounaise : de quoi et de qui parle-t-on ?

lun Juil 6 , 2020
Pour beaucoup d’observateurs, de citoyens et de grands « intellectuels », les opposants sont la principale cause de l’impasse dans laquelle nous sommes. L’opposition devrait faire certaines choses : avoir un programme crédible, s’unir, ne pas se laisser acheter, être sur tous les terrains de la contestation et de la dénonciation…. Elle […]